Episode 7

Mon retour à la maison… tant espéré

Avril 2009, miss cheval, ma voisine préférée et moi-même, on commence à saturer de l’hôpital  !!  Tous les mardis, lors de la visite hébdo des médecins, on est maquillées et apprêtées comme si on allait au RDV “du siècle”

C’était ridicule : ….On espérait faire bonne figure pour que les médecins, Ortho ou Ergo leur donner l’impression que l’on était guéri !!!  On ne dupait personne, bien sûr…  Épisodes très drôles …  Puis il y avait les épisodes avec le gendarme, notre voisin de chambre …  Il ne passait pas une journée sans venir dans notre chambre rigoler.  Cet homme devait être un sacré épicurien … Il avait eu plusieurs femmes qui venaient lui rendre visite malgré ses divorces, il avait eu une vie trépidante, avec beaucoup de voyages à l”étranger.

Il était bien atteint, double AVC à 2 mois d”intervalles ….  Percuté du cerveau certes, par contre, très joyeux et ludique !!!

Comme nous tous, incontrôlable !!

Un jour,  je vais à la cafétéria avec ma soeur et il hurle mon nom devant tout le monde avec des expressions hilarantes et m’abreuve de paroles et questions  … J’adorai ce monsieur

Puis arrive le moment tant attendu !!!   J’ai la permission des médecins de rentrer à la maison.  Là, c’est le club med pour moi !!! Je suis trop contente, totalement inconsciente de ce qui m’attendais !  Je vivais seule avec 3 enfants de 8, 15 et 16 ans …..  A la fois petits et ado et j’avais une hémi-négligence à gauche qui m’empêchait de repasser mon permis de conduire.  Heureusement que les papas respectifs de mes enfants m’ont bien aidée ! …et toute ma famille d’une manière générale.

Lorsque je suis rentrée à la maison, j’ai continué l’hôpital de jour pendant un an !

Une ambulance venait me chercher tous les matins pour m’emmener à Garches, en Ergothérapie, Orthophonie ou Kinésithérapie.  Je rentrai tous les soirs à la maison, hyper briefée par mon entourage pour surtout ne pas oublier de ne pas laisser le gaz allumé sous le feux : j’avais la hantise de zapper et faire brûler la maison. Mais, d’une manière générale, j’étais si contente de retrouver ma maison, mes enfants…

Et pour moi, les deux années suivantes furent géniales car j’allais reprendre mon travail et tout allait rentré dans l’ordre.

Je passe l’été dans le sud-ouest avec mes enfants, mon amoureux et ses enfants.

J’étais encore extrêmement fatiguée à gérer 6 enfants bien qu’Olivier m’aidait beaucoup.

Je voulais tout faire, tout réapprendre : ca c’était de çà qu’il s’agissait… je n’arrivai pas à m’habituer aux nouvelles données : plus de voiture, plus de rentrée d’espèces,  période de crise, il faut faire attention !!!

Je quittais ma vie de princesse et je devais me reconstruire une autre vie de princesse : j’avais tous ceux que j’aimais qui m’entouraient mais je devais gérer un quotidien dans un contexte différent.

Mon papa et ma soeur Caroline continuaient à s’occuper de tout mon administratif : mon père avait préféré déposer le bilan de ma boite “zen tonic”  car « quand le chat dort, les souris dansent beaucoup ! Surtout si le chat est dans le coma », ma maman, mes ex-maris comme tout le reste de la famille prenaient des nouvelles régulièrement : petit à petit je prenais conscience des séquelles, de cette vie qui bascule !!  J’étais et je reste extrêmement fatiguable, très affaiblie, je chopais tous ce qui passait, mes défenses immunitaires étaient aussi dans un sale état. Je dormais l’après midi , je n’avais et j’ai pas d’équilibre,  j’avais et j’ai des malaises, des envies de vomir très violentes.  J’atterrissais à l’hôpital ou l’on pensait que je faisais un AVC. La suite : comment je me suis reconstruite.  Et surtout, comment éviter certains écueils ? Comment contourner des séquelles incontestables !

Comment de pas déprimer grave : trouver la force et la façon de se reconstruire correctement en toute sérénité ?

  Comment l’entourage proche peut-il aider… ?

BREF, FAIRE FACE A UNE VIE QUI  BASCULE !!!!


Commentaire

Episode 7 — 5 commentaires

  1. Salut emmanuelle, je relis cette histoire incroyable comme on lit un roman de pagnol. C’est prenant, une histoire simple presque banale et une authenticite remarquable. c ‘est incroyable de pouvoir raconter sa propre histoire. Peu de personnes ont cette chance de s’en sortir, même cabossé, et de pouvoir temoigner, expliquer, partager. Et en te connaissant, je reconnais certains traits de caracteres, humour têtue fonceuse ultra positive généreuse et aujourd’hui cela te sert. Tant mieux. La nature est quand même très bien faîte. Demain matin devant ton miroir, dans ta salle de bain, à Paris, en djelaba, tu pourras te dire: “Je suis Belle de l’intérieur”. Bonne soirée et je te souhaite beaucoup de bonheur avec cette magnifique Initiative car ton aventure ne fait que commencer…! Bises,

    • thierry
      ton commentaire m’a fait super plaisir , J’ai envie que cet évènement puisse servir à d’autres et redonner de l’espoir à ceux qui accuse le coup
      je reste persuadée que le fonctionnement et les capacités de notre cerveau ne sont pas connus . J’aimerai vraiment savoir exploiter les capacités du cerveau

      • Salut Emmanuelle
        Grace a ton blog, tu vas assiste a des colloques en medecine, en neurologie. On va surement t’ inviter pour temoigner et echanger. A cette occassion tu vas rencontrer des professionnels et tu vas apprendre. Eux ont la theorie et toi la pratique. Ils ont besoin de vecu pour faire avancer leurs recherches. Ton aventure commence aujourd’hui. Ca va etre passionnant. Tu verras. Et tes enfants seront fiers de toi.
        Amities, Thierry

  2. Bonjour Emmanuelle,
    Que te dire ? Que ton aventure me touche au plus haut point, bien sur par ce côté terrible de ce que tu as vécu en tant que victime d’un grave traumatisme crânien, mais par l’abnégation de ton entourage et la compassion qu’il t’ont porté.
    Bien heureusement je n’ai pas eu ton lot d’épreuves et de souffrance, mais celui de victime collatérale suite à l’accident de moto de mon frère. Lui avait 20 ans et moi 13 ans, mes parents ont passé 5 longues années, jour après jour, à remettre mon frère sur pied et pendant ce temps, je me suis retrouvé livré à moi même des l’âge de 13 ans avec cet rupture affective à construire mon ego d’ado à l’école de la rue, en essayant d’éviter les écueils pour ne pas devenir un bandit.
    Tu vois, c’etais il y a trente ans et c’est encore présent en moi…
    Je te remercie très sincèrement pour ce témoignage et je me permet une petite pensée pour ceux aussi qui sont à coté, témoins impuissants de ces drames.
    Didier

    • La vie, par moments, réserve des surprises …
      Au final, le plus important, c’est la capacité que l’on a à s’adapter dans tous les cas de figure. Comme tu me l’a fait remarquer, ce qui est primordial dans tous les cas de figure , c’est l’amour et la compassion que les proches te portent. C’est çà qui te permet de relever la tête et te donne la force de te battre…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *